Vive le 1er mai, journée de la solidarité internationale des ouvriers

1er mai est le jour de la commémoration du soulèvement des ouvriers américains Chicago au 4 mai 1886. Depuis cet évènement historique, le 1er mai, dans le monde entier, en arrêtant le travail, les ouvriers présentent leurs revendications fondamentales. En organisant des rassemblements publics à ce jour historique, les communistes, les partis ouvriers, les confédérations ouvrières et les défenseurs de la classe ouvrière, manifestent leur répugnance et leur haine à l’encontre du système capitaliste et les exploiteurs.

Malgré le rôle déterminant de la classe ouvrière iranienne dans l’insurrection du 1978-79 et le renversement du régime dictatorial du Chah, le régime de la République Islamique d’Iran (RII) viole quotidiennement tous les Droits des travailleurs comme le Droit aux rassemblements syndicaux. Les ouvriers iraniens sont privés de toutes formations propres à eux. Et toutes tentatives pour l’organisation d’une action commune et un mouvement de protestation sont punies par l’emprisonnement, la torture et l’exécution. Aujourd’hui, en Iran, la cérémonie de la commémoration du 1er mai est organisé par le régime réactionnaire de la RI.

Une fois au pouvoir, au lieu de répondre aux demandes de la classe ouvrière et des couches laborieuses de la société comme le développement du système éducatif, scientifique, la santé, la sécurité sociale et … , dans chaque quartier, le régime de la RI a créé une comité composée des milices fondamentalistes. Et ensuite en regroupant ces comités, il a fondé l’organe de la répression impopulaire des Gardiens de la Révolution Islamique. En plus, la création des dizaines de fondations et des institutions financières sous prétexte d’aide aux « déshérités », et la découverte des milliers de « petites sanctuaires » font partie de la politique hypocrite du régime dictatorial-religieux iranien. Et par le biais de ces fondations et ces institutions, les dirigeants du régime volent une bonne partie du revenu des couches ignorantes et pauvres de la société.

Aujourd’hui, en Iran, la classe ouvrière, toutes les couches sociales et les combattants pour la liberté subissent la dictature du régime islamique réactionnaire. Un régime qui réprime toutes pensées progressistes.

L’Iran posséde d’énorme ressource et richesse naturelle. Malgré cela, tous les revenus liés au commerce de ces richesses sont investis dans la guerre et les ambitions destructrices et réactionnaires des dirigeants du pays.

Le système capitaliste mondial est à l’origine de la plus grande catastrophe naturelle et humaine dans l’histoire de l’humanité. Le régime de la RII fait partie intégrante de ce système. Ce régime est accédé au pouvoir grâce à l’aide et au soutien de l’impérialisme mondial. L’accroissement permanant de la pauvreté fait partie de ce régime. Depuis presque quatre décennies, ce régime ultra-violent est au pouvoir en Iran. Durant toute cette période, les « défenseurs des Droits de l’Homme » en Occident ont eu des compromis politico-économique avec ce régime. Ainsi, ce régime a toujours eu accès à toutes les organisations et instances internationales.

Depuis presque quatre décennies du pouvoir dictatorial-religieux, ce régime a eu des relations politico-économiques proches avec les pays impérialistes européens et les Etats-Unis. Cette proche relation a atteint ses sommets durant la présidence de Barak Obama.

Depuis l’élection de Donald Trump, le monde se trouve face à une autre politique. Bien que durant la campagne présidentielle, Trump se présentait comme un dirigeant politique anti-guerre, mais depuis son élection, il a changé le discours et il a adopté une politique guerrière et militariste. Evidement, cette politique crée de plus en plus d’insécurité et de désordre dans le monde. A propos des accords sur le dossier nucléaire iranien, Trump voudrait une nouvelle négociation sur les accords. Et il voudrait limiter au maximum le rôle et la présence du régime islamique dans la région et à l’égard de ses pays voisins. Depuis des années, l’Israël mene cette politique contre le régime de la RII et aujourd’hui, afin de satisfaire et bénéficier du soutien de la lobbies sioniste aux Etats-Unis, Trump veut suivre cette politique. Sans aucun doute, la persévérance de Trump dans la poursuite de cette politique peut faire éclater d’autres guerres dans la région. Des guerres encore plus dévastatrices.

Malgré le soutien des pays européens au régime de la RII et malgré les compromis cachés avec les Etats-Unis, la population souffre énormément de la pauvreté, de l’insécurité, de la violation des Droits politico-sociaux et de la répression permanant et systématique. Aujourd’hui pendant que la majorité des patrons des grandes usines et des PDG des grandes compagnies transfèrent leurs patrimoines dans les pays européens, au Canada et aux Etats-Unis, plusieurs usines refusent de payer les salaires de ses ouvriers.

Bien que la population connaît parfaitement la vraie nature des élections présidentielles en Iran et elle sait bien qu’en Iran, le président de la république n’a aucun pouvoir exécutif, le 20 mai 2017 aura lieu le 12ème tour des élections présidentielles. Le sort de tous les présidents de la république après la fin de leurs mandants prouve qu’après leurs quinquennats, ils doivent toujours rester fidèles au guide suprême. Si nous, ils seront condamnés à la résidence surveillée ou ils seront noyés dans la piscine. Comme preuve, Abolhassan Bani Sadr, le 1er président de la république qui a été désigné comme traitre, a dû fuir du pays. Mir Hossein Moussavi, le 1er ministre de Khomeiny durant 8 ans a été désigné comme perturbateur et depuis 8 ans, il se trouve dans une résidence surveillée coupé du monde et de ses proches. Ali Akbar Hashemi Rafsanjani qui était un des fondateurs du régime de la RII a été considéré comme « non-proche / non confident », et dans « l’intérêt du système», il a subi une « crise cardiaque » dans la piscine du Palais de Saed Abad. A cause de ses positions pro-occidentales et malgré 8 années de présidence, il est interdit à Mohammad Khatami d’apparaître dans les médias, de participer à la cérémonie d’enterrement de ses proches ou écrire un article dans la presse. Après 8 années de présidence, Mahmoud Ahmadi-Nejad est accusé d’appartenir au courant déviationniste. Et suite à la décision du guide suprême, jusqu’à nouvel ordre, il doit rester sur le banc des réservistes. Ces jours-ci, sans l’autorisation du guide suprême, il voudrait se présenter aux élections présidentielles. C’est pour cette raison que depuis quelques temps, dans la société, il y a des rumeurs sur vol et abus des biens publics qui circulent à son égard. Et enfin, Hassan Rouhani doit se préparer à l’interrogatoire sur sa politique du rapprochement avec les Etats-Unis et les accords nucléaires conclu avec l’Occident.

A l’heure actuelle, le conseil de la surveillance de la constitution vient de publier la liste des 6 candidats approuvés pour les élections présidentielles. Mais il est évident que le prochain président de la république est déjà désigné. Il s’appelle Cheikh Ibrahim Raïssi. C’est un grand criminel. Il faisait partie de l’équipe de 4 personnes qui ont organisé le grand massacre des prisonniers politiques au mois de septembre 1988. Les 5 autres candidats dont leurs candidatures sont approuvées par le conseil de la surveillance ont tous une passé riche en crime et en répression des forces révolutionnaires et progressistes.

Ouvriers Combattants !

Au cours de quatre décennies du pouvoir dictatorial-religieux, les 2 fractions « réformateurs » et « conservateurs » ont bien montré leur nature anti-ouvrière et antipopulaire. Depuis longtemps, personne n’écoute les faux slogans anti-impérialistes du régime et les discours de ses dirigeants à propos de la conquête du « Jérusalem en passant par Kerbela » ne valent rien. Incapacité de ce régime dans les domaines politico-économiques et sociaux est évident pour tout le monde et depuis son arrivée au pouvoir, le taux de chômage, le chiffre des analphabètes, le manque de logement et le niveau bas des service de santé augmente quotidiennement. En d’autre terme, la population en a ras-le-bol de la situation actuelle. Les citoyens n’écoutent plus les conseils du « guide » et ni les prétentions des dirigeants des 2 fractions au pouvoir. Pour mettre un terme à la situation désastreuse actuelle, il faut renverser le régime de la RII. Face à ce défi, le 1er pas est de s’unir.

Vive la solidarité internationale des ouvriers

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran

01 Mai 2017


A.C.P
Postfach 12 02 06
60115 Frankfurt am Main
Germany

Fax:
00-49-221-170 490 21
E-Mail: organisation@iranian-fedaii.de
Web Site: http://www.iranian-fedaii.de