12ème tour des élections présidentielles iraniennes et le soulagement des camps des impérialistes et des réactionnaires

Enfin, après des mois de menaces, d’avertissements et de dénonciations entre les deux fractions au pouvoir : « les conservateurs » et « les réformateurs », la mascarade des élections présidentielles a pris fin. Au cours des derniers mois, tous les médias liés à l’impérialisme ont soutenu la candidature du président sortant : Hassan Rouhani, sans prononcer un mot sur son passé criminel. Et, en prenant des précautions, ils ont aussi évité de parler du passé d’Ibrahim Raïssi (principal concurrent du président sortant) et de son rôle important dans le massacre des prisonniers politique en 1988. Les pays impérialistes préfèrent la conduite d’Hassan Rouhani. Car avec la présence d’éléments proches de l’Occident dans le gouvernement de Rouhani, les intérêts des pays capitalistes sont mieux protégés en Iran.

Au cours des quatre dernières années et suite aux accords sur le nucléaire iranien, le gouvernement de Rouhani a pu sauver plusieurs compagnies capitalistes de la faillite. Evidement, d’après le régime, suite à ces accords, le peuple iranien a obtenu de « l’estime et du respect » sur la scène internationale. Comme par exemple, les compagnies automobiles françaises : Renault, Peugeot et Citroën. Elles ne peuvent pas faire concurrence aux constructeurs allemands, et grâce à ces accords et au marché avantageux iranien, elles ont pu conclure des contrats pour relancer leur activité. Et pendant ce temps, la situation économique iranienne s’est détériorée de plus en plus. Plusieurs usines ont mis la clé sous la porte. Le délai de paiement des salaires en retard des ouvriers s’est aggravé. Mais, par contre, grâce à ces accords, le gouvernement de Rouhani a augmenté les salaires de ses membres pour atteindre des centaines de millions de Tomans iranien.

Et, pendant ce temps, grâce à ces accords, Rouhani et ses ministres ont obtenu la Green Card américaine et ils n’ont pas honte de prétendre que, pour obtenir ces accords, ils ont négocié avec le monde entier et ils ont apporté « du respect et de l’estime » pour le peuple iranien. Mais Rouhani n’a jamais expliqué qu’à part un petit-déjeuner offert par l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, en quoi il a reçu comme « respect et estime » de la part des pays occidentaux et des institutions internationales ?

Ibrahim Raïssi, le candidat des « conservateurs »

Ibrahim Raïssi s’est présenté comme le candidat aux élections présidentielles pendant que la fraction des « conservateurs » se trouvait dans une profonde division. Après la candidature de Raïssi et les dénonciations incessantes des forces d’oppositions à son encontre, la plupart des « conservateurs » ont décidé de soutenir la candidature de ce dernier. Depuis l’instauration du régime de la République Islamique d’Iran, en compagnie de la fraction des « conservateurs», la fraction des « réformateurs » a participé à tous les massacres et les répressions contre les forces révolutionnaires et combattantes. Pour information, Mostapha Pour-Mohammadi, le ministre de la Justice du gouvernement de Rouhani faisait partie de l’équipe de quatre personnes décideurs du massacre des prisonniers politiques iraniens en 1988.

Pendant ces élections, la vaste campagne publicitaire des médias du monde capitaliste en faveur du régime de la RII a atteint un tel niveau que tant la diffusion des milliers de documents et les témoignages des survivants des crimes de Raïssi que la diffusion de vidéo du discours de Rouhani pendant la prière du vendredi exigeant la pendaison des forces d’opposition au cours de la prière n’ont pas pu avoir un grand écho au sein des sympathisants ignorants des deux fractions. Mais, par contre, suite à la démagogie et à la propagande des médias occidentaux avec le soutien des éléments traîtres faisant partie du Parti Toudeh, la fraction Majoritaire des Fédayins du Peuple et les restes du Mouvement pour la Liberté, les indécis ont cru aux promesses et aux discours de Rouhani. En réalité, il n’y a aucune différence entre Rouhani – le candidat apprécié des impérialistes – et Raïssi. Les deux sont des criminels. Et ils doivent attendre le jour où le peuple les jugera.

Actuellement, les pays impérialistes sont contents de la réélection d’Hassan Rouhani. Ainsi pendant quatre ans, ils pourront vendre des productions non-concurrentielles à l’Iran en débitant les comptes d’épargnes bloqués de l’Iran. Entre-temps, pendant quatre ans, les deux fractions au pouvoir seront aussi soulagées. Car le pouvoir politico-militaire sera toujours sous le contrôle du Guide Suprême – Ali Khameney – et la fraction des « conservateurs » tandis qu’une partie des affaires économiques et bureaucratiques restera entre les mains des « réformateurs ».

Sans aucun doute, cette élection n’aura aucune conséquence positive sur le niveau de vie de la population. Suite aux chiffres publiés par le régime, près de 1,200,000 personnes ont voté blanc. Ces personnes opposées au régime de la RII ont participé aux élections seulement pour conserver leur situation professionnelle. En résumé, la réélection de Rouhani est la poursuite de la pauvreté, de la politique répressive et dictatoriale religieuse.

Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran

20.05.2017


A.C.P
Postfach 12 02 06
60115 Frankfurt am Main
Germany

Fax:
00-49-221-170 490 21
E-Mail: organisation@iranian-fedaii.de
Web Site: http://www.iranian-fedaii.de